Feeds:
Articles
Commentaires

Joueuse

La joueuse

« La Reine est la pièce la plus importante ».

Voilà la découverte qui surprend et stimule Hélène dans sa quête d’appropriation des règles du jeu d’Echec .

Dans une île, plus cernée qu’entourée par son environnement : sa famille, ses amis, son travail – Hélène, femme de chambre dans un hôtel de luxe percute une jour une image questionnante du bonheur : un couple s’affronte à armes égales au dessus d’un échiquier et pourtant, tout est calme, volupté, beauté, harmonie…. Cette illumination la réveille, l’éveille, sa volonté s’aiguise, sa décision est prise : elle jouera.

Comme déjà imprégnée par le jeu, Elle ordonne son apprentissage en forçant les barrières de positions. Son employeur deviendra son Maître et mentor, son mari finira par devenir son complice respectueux, sa fille découvrira sa mère telle qu’elle l’espérait et balayera son complexe de classe sociale.

Plus que l’histoire d’une accro au jeu d’échec, on découvre un personnage qui évolue grâce à « la volonté de vouloir » comme le décrit Vladimir Jankélévitch dans le « Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien » … Avec Sandrine Bonnaire, Kevin Kline, Francis Renaud et Jennifer Beals.

Bien rythmé par une bande originale signée Nicola Piovani, Le film est réalisé par Caroline Bottaro, produit par Dominique Besnehard et Michel Feller. – Le scénario est tiré du roman « la joueuse d’échecs » de Bertina Heinrichs

Catherine pour http://www.pretatourner.com

Publicités

Un prophète

<a hre

Ayant vu Un prophète au Festival de Cannes, en avant-première, je dois dire que j’ai trouvé ce film tout simplement superbe.

La performance des deux acteurs principaux, Tahar Rahim et Niels Arestrup, comme le traitement singulier de l’univers carcéral.

affiche un prophète

 Pour l’anecdote, je l’ai vu sous la recommandation du réalisateur marocain Mohamed Zineddine…étant pour ma part, corse et, cela va sans dire, fière de l’être.

Aussi, au-delà de certaines polémiques liées à des « on dit », je souhaite plutôt m’attacher aux interrogations réelles qui, de mon point de vue, sous-tendent le film.

Une vie est-elle possible après la peine carcérale ? La peine carcérale permet-elle une réinsertion et une « droite réinsertion » des anciens détenus dans le « corps social » comme cela devrait être son objectif républicain (Rousseau) ou perpétue-t-elle la propension aux actes délictueux par une scission entre le regard que renvoie la société sur le détenu et le vécu du prisonnier, esseulé (Foucault) ?

 Ce point là est présent tout au long du film. Malik, confronté à la violence de l’univers carcéral, finit par trouver sa liberté dans le développement de son propre réseau de délinquance. Ainsi, au-delà de toute appréciation morale, c’est bien la question de l’efficacité de la peine carcérale qui est, en filigrane, posée.

L’insularité et la perpétuation des valeurs d’un peuple peuvent-elles passer outre l’intégration d’autres cultures ? Telles semblent être les grandes interrogations de l’œuvre de Jacques Audiard. Si l’on peut bien sûr considérer qu’un amalgame entre « Mafia » et nationalisme corse est un raccourci pouvant induire une confusion du spectateur, il n’en est pas moins troublant que le film de Jacques Audiard pointe un fait incontestable : le dépeuplement d’une île, d’un peuple, et la crainte de la disparition de ses codes.

La scène qui évoque, en filigrane, cette disparition qui menace, est sans doute celle où l’on perçoit la solitude de César Luciani, l’ancien parrain respecté et craint de tous, rouler à terre un coup de pied au ventre. Aucune jeunesse pour le défendre. L’absence de descendance (filiale ou agrégée) est sa faiblesse.

Le film ne donne pas à voir une Corse raciste. Il donne à voir une Corse en manque de descendance. Il donne à penser sinon une transmission de valeurs, à tout le moins une substitution de mœurs. Et c’est là toute la force de son propos.

HomeV2 pat ev

http://www.pret-a-tourner.com,  outre ses bases de données réservées aux professionnels de l’audiovisuel, co-finance des co-productions internationales à hauteur de 20% de leur budget global.

Actuellement elle gère un portefeuille composé d’œuvres d’initiative européenne dont le budget global est compris entre 2 et 22 millions d’Euros, avec les plus grands acteurs du 7e art.

D’ores-et-déjà, les producteurs qui souhaiteraient bénéficier d’un financement Tax Shelter (incitant fiscal permettant à toute société ayant une entité en Belgique, de placer jusqu’à 750 000 Euros dans la production audiovisuelle), peuvent envoyer leur dossier (scénario, plan de financement, lettres d’engagement) pour examen à toviah.sa@gmail.com.

Elyoz by Prêt-à-Tourner.com :

First online market-place for financing movies and video games

Coming Soon

pretatourner.com

Pretatourner, la plate-forme des producteurs de cinéma est désormais en accès libre : ici.

Les acteurs, réalisateurs, scénaristes peuvent y référencer leur profil et contenu de manière gratuite et sécurisée.

Seules les sociétés de production agréées auront accès aux profils. logo-pret-a-tourner1Pretatourner est la première plate-forme qui promeut l’ascension équitable des talents.

En répondant avec rigueur aux objectifs professionnels des talents, pretatourner optimise leurs opportunités de carrière.

Elle accorde une grande importance à la diversité des profils des comédiens.

Les animaux tentés par une carrière artistique ont aussi leur place!

immobilier-nonid

Les lieux de tournage sont référencés gratuitement, ce qui permet aux propriétaires de négocier librement le tarif de location avec les équipes de production.

 Pretatourner déploiera dans les semaines à venir un panel de services inédits à destination des producteurs de cinéma.

En attendant vous pouvez découvrir le court-métrage la Main des Maîtres à la une d’ELYOZtv

                           

Paul Newman

Les réparties mythiques de Tzek et Pido…